Ciel d’août

 
Le ciel s’il est sans frontières
il a de nos humeurs, 
la vie à pleines couleurs
et s’il ne dit mots,
il consent à plein poumons. 
 

Ses nuages migrants.
Dépression ou pas,
il s’en lave les mains
de bleus
de Lumières 

ses cristaux vanillés,
l’air de rien
toujours prêts…
 
 
Suisse
Périgord
Marseille…
Le ciel au mois d’août
nous transporte
 
 
Il tourne et détourne l’instant dans tous les sens
se déforme 
se marelle dans la troposphère
se colère se mouille,
altostraté, nimbé,
ose,
sans frontières.
 
 
Souffle d’airs,
espace, 
palette d’ocres et d’ors,
ou nuages de rages,
se fracasse parfois au rocher terrien 
déjà plus là, 
nu,
ciel de sel.
 
 
C’est clair
il se les gèle.
Nul doute mon cœur le bénit.
Qu’il soit.
 
 
Une course cirrus qui parfois s’étale 
s’étend cumulée
me détend, 
se cotonne 
se dore
se pare de divin
jusque dans ses grisailles.
 
 
Le ciel ne nuit à personne,
il se laisse éclairer de lune
et l’Autre
se délacte d’étoiles
jusque sur le petit jour 
le nouveau né qu’il protège
de ses traces cirrostratos électriques
sans frontières
et mon cœur le bénit.
 

Une réflexion au sujet de « Ciel d’août »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.