Trouver l’axe

Nous avons rencontré Axelle dans son petit village
Étoile.
A son tour, céramiste, potière
pas au tiers, payant mais pas que…
Axelle crée de belles manières de ces matières.
Et l’eau,
de ces formes, c’était
un bel après-midi avec Florence
qui venait chercher du bol.
De suite on a senti la rassurance de terres
de mains
les yeux dans le sourire
il y a plus d’un an de cela.
Nous avons fait affaires à faire ensemble alors,
et mis nos affaires en amitié.
Elle écrit la phrase que tu veux
sur une étoile poterieuse,
fait des tasses de bonne mine.
A défaut de chanter dans son atelier,
on lui a offert un album à l’époque
pour la remercier de son accueil.
Par contre elle n’a pas pu voir le duo tous ces temps là.
Et puis quand elle a appris que nous revenions
pour ces deux concerts,
ce février 2017
les dates lui tombaient encore à coté, 
mais là, 
en parlant de tout 
elle nous raconte son engagement pour les réfugiés
venus de la Jungle de Calais dans son village.
Les guerres, les intestines, les autres de foi…
Nous sommes très touchés,
et nous vient l’idée d’organiser ensemble, 
proposer le dimanche après midi
un temps de partages avec ces nouveaux amis.
Comment faire pour les accueillir 
les remercier d’être là, 
nos cultures en la même âme,
les mêmes désirs de vivre.

Un concert, oui
un concert,
chanter l’amour et l’eau fraîche
se faire des hugs.
Axelle a réussi sur ces deux jours 
à mettre en place avec son compagnon Fabien,
qui soit dit en passant,
joue top bien de l’harmonica,
il est d’ailleurs monté sur scène avec nous
jamer sur le morceau
« Quelque chose pour Nous »
Tu te souviens cette chanson
sur un des premier albums d’Alcaz:
« Car là où j’ai de la peine
il y a aussi de l’amour
chante-moi I love you je t’aime »
et c’est reparti pour un tour »…
… mais si tu te rappelles
« Si on laisse les gouverneurs 
gouverner dans nos demeures 
c’est qu’il est vraiment l’heure
de faire quelque chose pour Nous »
 
On n’en était pas encore 
aux Sarko-Trafiquants 
mais c’était pas loin !
Bref,
Axelle a réussi à obtenir 
une super salle au Prieuré d’Allex,
un lieu splendide,
et surtout à faire venir,
quelques familles de réfugiés et leurs éducateurs.

Le bouche à oreilles a fonctionné.
Viviane toute chamboulée,
les yeux dans les leurs 
sa voix dans la mienne
« D’où que tu viennes porté par les vents
d’où que tu viennes, auparavant
faut qu’te dise que j’t’aime… »
Et nous nous sommes déclaré la Paix
un régal, total ensemble on s’est offert des rires
de ces regards de ces lumières de peau,
les enfants à jouer entre les notes dans la salle !
Les amis à écouter, sentir l’air,
respirer l’air…
 

Aussi après,
on a pu échanger quelques mots en anglais,
l’un est musicien en Afghanistan
l’autre étudiait encore,
on a pu embrasser les enfants, 
cette jeune femme enceinte…
 
Mon pays c’est le tien,
viens, 
entre 
mon pays c’est ton ventre.
Oui mon pays c’est le tien
notre pays de ficelles
n’est plus un pays 
c’est la terre, elle est si belle
nous sommes sur terre.
 
Merci à tous qui étiez là,
et à ceux qui n’ont pu venir partager cette joie
leur rendre hommage
pour leurs courages.

All you need is love


Quelle Drôme de région

 
Nous sommes partis pour deux concerts dans la Drôme,
avec ce plaisir fou ,
cette verticale humeur,
nos retrouvailles Drômiques !
On adore non seulement cette région
le​ ​chœur bio avaler,
mais aussi les amis fidèles,
les bras ouverts
si verts.
on se régale ​!

Deux soirées magnifiques

complètement différentes,
l’une acoustique
en un lieu magique
entourés d’œuvres,
d’intime,
d’ouverture sur le beau monde,
mais aussi totemisés
(http://www.isabelle-jacquet.com/)
 
L’autre concert chez Louis XI
assaillis à Saillans,
que du splendide les deux.
Même que pour ranger le matériel,
ce fut cocasse
car dans cette ville,
tout est éteint à partir
d’une certaine heure le soir.
Génial,
en voilà des qui sont à faire au mieux
la lune aidant.
​Et pendant ce temps là, 
ces deux jours fruités
nous préparions avec Axelle…​

Hey you !

 
p1012721-fileminimizer
 
Prends du bon temps d’bonheur
et jusqu’au soir

 
img_6552-fileminimizer
 
d’accord ?

Pour

img_2374-fileminimizer
 
A quoi bon s’en aller
s’éprendre des routes
des larmes de ciel
des traits d’union sol-air
comme refuser 
l’espace
le spécimen and women
les flaques d’encre volées
aux anges défendus.
 
img_1000
 
A quoi bon oui rouler
des cendres parfumées
des pensées plus que de coutume
et sans filtres.
Flirter avec l’inutile ?
 
img_6859-fileminimizer
 
Se dessaisir des préjudices
y mettre le feu.
 
img_2354-fileminimizer
 
A quoi bon
d’un bond 
dérouler 
tapisser
le parterre des mots
la folie des splendeurs
 
img_1398-fileminimizer
 
si ton cœur n’a plus l’âme
si tes pleurs n’ont plus de larmes
si tu restes à vouloir
à longueur de couloirs une autre face cachée.
 
img_2079-fileminimizer
 
A quoi bon tant se dire
si la scène océane se brise 
au panorama,
au rocher des possibles alités
décousus
dépourvus
de points de vues
sur l’envie amarrée
plus que sur le désir enfiévré.
 
img_1404-fileminimizer
 
A quoi bon vaguer d’occupations  dis…
 
img_2069-fileminimizer
 
Notre grand amour a deux voix
deux guitares
sans effets, 
c’en est fait du simple,
l’amour nu.
img_1379-fileminimizer
 
On double et on rentre.
Promis.

S’entendre

img_0321-fileminimizer
Le son prend son sens
sur l’interdit des portées  
– rien n’avoir c’est dire
img_2048-fileminimizer