Sur la route …

Aller vers la Gaspésie, en Gaspésie ce n’est pas rien.
C’est aller vers la réalité d’un pays en bout de monde,
c’est longer le fleuve qui épouse plus loin la mer,
un pays de forces et de nature indomptable.

Nous traversons les pluies les brouillards,
le silence gris a son poids dans la voiture lui aussi.
Parfois je me demande si on ne va pas se retrouver nez à nez avec un animal,
une voiture, un gros camion …
Pas facile.
Ca dure quelques heures
puis la clarté s’en vient et les surprises avec  !
Les paysages ont bien changé depuis Rivière du Loup,
le fleuve  a ouvert les bras, ses vagues applaudissent au passage.
Y a comme une vie qui se charge,
un sentiment bleu-gris nous envahit Vyvian et moi.
Une forme de respect sans prénom, anonyme le vent.
Puis on arrive à Ste Flavie,
la faim qui nous tenaille nous propose de prendre un temps,
d’aller sentir le corps du fleuve et sa roche .
Une auberge, des sculptures dressées vers le large, un champs d’envisagés.
Une belle entrée en la matière pas vrai !

On murmure que la Gaspésie abrite bien des artistes …

Quelques personnes sont également là comme nous à se fondre
parmi les pierres érigées.
Nous demandons à l’une d’entre elles de nous prendre en photo,
et Marie-Lyse entre dans notre vie !!!

Elle est avec des amies à visiter le coin et on se met ensemble à table,
le Québec dans toute sa splendeur,
on se frère et soeur en deux coups de cuillères , on adore .

Bon tout cela est très bien mais nous sommes attendus,
salut les filles, en voiture vers d’autres aventures Alcaziennes.

Il fait beau, youpi, photos !

On sent Petite Vallée qui pointe son grand air …


Québec ville

L’avion est petit et en moins d’une heure nous y sommes,
on est à Québec ville, au Québec.
Fatigués, heureux, tout est encore à faire,
aller chercher la voiture réservée,
rejoindre Renée la compagne de notre ami Pierre Jobin
(dans le quartier Limoilou basse-ville)
qui lui, est à Marseille, et dormir là une nuit.

On pensait avoir loué une voiture break, familiale, et bien non,
cependant le gars arrive à mettre toutes les valises et guitares à l’arrière.
On est rassurés.
On ne se voyait pas galérer ! Trop tard dans le soir pour ça !!!
Arrivés chez Renée on passe une très belle soirée tous les trois,
elle est fine Renée, d’une énergie étonnante et soul.
La complicité nous proche et rapproche encore.
On l’aime fort, beaucoup, on rigole,
quel plaisir.
Et puis on trie les affaires que nous laisserons là quelques jours ,
le temps d’aller au festival de Petite Vallée et revenir.

On part pour la Gaspésie,
on fera une halte comme prévu chez nos amis
Elisabeth et Sylvain de Rivière du Loup.
Ce sera là encore la preuve de l’amitié fidèle,
de ces moments intimes.
Belle soirée,
et les enfants qui grandissent 
qui expriment leurs talents chacun, guitare pour l’un, pomme pour l’autre !
On sent la vie qui va… cool, très cool.
 
Petit matin brouillard, départ pour Petite Vallée, des bisous frais,
c’est ok, à tout vite nous revoir les 8 et 9 juillet.
Beaux amis.


Via Montréal

Allez, on rentre au pays !

Via Montréal c’est  à dire on va juste changer d’ avion.
mais on arrive en beauté, l’avion est confortable,
je peux écrire un peu, ratttraper le temps …

Ca fait du bien aussi de sentir que nous allons voyager un peu en voiture,
moins de charges, de valises lourdes …
Une page se tourne .


Ah l’Alberta !

On aura eu du fun ensemble et le temps de s’embrasser ,
de nous aider avec les bagages,
il nous faut embarquer pour Calgary.
On n’y jouera pas mais c’est une halte prévue
et inscrite dans le grand tour,
ensuite le concert a été annulé
mais impossible de changer les itinéraires …
On va donc se retrouver là pour une nuit.
En attendant Vyvian n’est pas rassurée du tout,
petit avion de 18 places, des courants d’air,
même si le vol ne durera que 35 minutes ,
ça lui semble délicat … on est heureux quand même !

Bye, bye les amis Francophoniques !
Et prenez soin de vous, comme vous avez pris soin de nous.
Nous ne pouvons oublier.

Ca va secouer, réveiller les peurs , en vérité il fera doux,
quelques valses avec les vents et très vite nous serons rendus.

Arrivés à Calgary,
on se regarde comme changés, comme nouveaux sur terre.
Nous étions séparés pour ce vol,
sensation,  la liberté, l’esprit solitaire et le corps en son âme
face au risque nous ont soufflé la vie la mort à chacun sa manière .
Sensation…
Puis on laisse les bagages à la consigne
on prend un taxi on file à l’hotel.
La route est longue,
il y a quelques années nous avions déjà atterri ici
en plein hiver sous une tempète de neige vers 3 heures du matin,
on s’en souvient on rigole,
on ne reconnait bien-sûr, rien du tout !

Il fait très chaud et on est super bien ensemble
à vivre loin de ce qui nous est connu une fois de plus.
cette émotion douce, rassurante, d’être bien ou à l’aise partout.
Nous apercevoir en train de dépasser les limites de l’habitude en un regard.

Plus tard dans un parc,
nous croiserons un couple avec ses deux enfants qui était
la veille à Lethbrige pour le concert !!!
Surprenante la vie !
On se rapproche
et nous avons bien des lignes de la main qui se touchent,
c’est comme si on se revoyait depuis des années,
rien ne manque tout est là,
au bon endroit au bon moment.
Les b